Division de l'Ordre en Classes

L'Ordre comprenait des frères chevaliers, des frères sergents et des frères chapelains.

Confrères et les Donats

Indépendamment des trois classes de frères dont nous avons parlé au chapitre précédent, deux catégories de personnes, les confrères et les donats, se rattachaient à l'Ordre, bien que n'en faisant pas partie intégrante.

Soeurs Hospitalières

L'énumération, que nous avons faite des diverses personnes qui composaient l'Ordre, ne serait pas complète si nous ne signalions ici, à côté des frères, l'existence des Soeurs hospitalières

Groupements des Frères de l'Hôpital

Il ne suffît pas d'avoir déterminé de quelles catégories de membres l'Ordre se composait, il faut encore, pour comprendre l'organisation de l'Hôpital, étudier de quelle façon ces membres étaient groupés et constituaient un établissement.

Chapitre général

Le gouvernement de l'Ordre était personnifié par le chapitre général, souverain en matière législative et disciplinaire, mais qui abandonnait, en s'en réservant le contrôle, l'autorité exécutive au grand-maître et aux grands-officiers qu'il élisait.

Le Grand-Maitre était le chef suprême de l'Ordre

Choisi par le chapitre général suivant le mode d'élection que nous avons exposé plus haut, il exerçait, au nom et sous le contrôle de ce chapitre, le pouvoir exécutif.

Grands-Officiers de l'Ordre des Hospitaliers

Sous l'autorité supérieure du grand-maître, les grands-officiers avaient chacun des attributions distinctes et limitées à un objet spécial.

Officiers Divers

A côté des grands dignitaires, dont nous venons d'esquisser le rôle, le souvenir d'un certain nombre d'autres fonctionnaires

Officiers-Militaires

Nous avons réuni sous cette rubrique l'examen des fonctions d'un certain nombre d'officiers de l'Ordre, dont les attributions, nettement militaires, relevaient du maréchal, et à ce titre justifient un groupement spécial.

Grand-Commandeur deçà mer

On sait peu de chose sur ce fonctionnaire ; son titre même, auquel nous avons conservé la forme le plus généralement usitée, appelle une explication; il varie, en effet, suivant la résidence de celui qui l'emploie;