Commanderie de Devesset

Département: Ardèche, Arrondissement: Tournon-sur-Rhône, Canton Saint-Agrève — 07


Commanderie de Devesset
Commanderie de Devesset

Transmission des biens du Temple à l'Hôpital. — Réorganisation des commanderies. — La commanderie de Devesset.

Lors de l'abolition de l'ordre du Temple (22 mars 1312), les possessions des Templiers furent attribuées aux Hospitaliers. Dans le grand-prieuré d'Auvergne, la remise de ces biens fut faite en mai 1313 au grand-prieur Eudes de Montaigut, dont le mandataire pour le diocèse du Puy fut frère Artaud Elie (1).
Dans tous les grands prieurés, ce fut l'occasion d'une réorganisation générale des commanderies.

Au grand-prieuré d'Auvergne, il en fut également ainsi ; malheureusement il n'est resté dans ses archives aucun document direct qui fixe la date de cette grande opération que la force des choses rendait nécessaire. Il est vraisemblable qu'elle suivit de très près l'année 1313. Aussi, quoiqu'elle ne soit connue dans ses détails que par la visite dite de Sacconay (2) des années 1615 et 1616, l'organisation des commanderies à cette dernière date représente-t-elle, dans son ensemble, celle qui fut créée trois siècles auparavant après la transmission des possessions des Templiers à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Le mécanisme adopté est assez compliqué.
Chaque nouvelle commanderie fut composée de son chef, de membres, d'annexes ou dépendances qui étaient indistinctement d'anciennes maisons de l'Hôpital ou du Temple, parfois situées en des diocèses différents et séparées entre elles par une grande distance.

Toutes les maisons du Velay dépendirent de la commanderie de Devesset, à l'exception de Bessamorel qui fut rattaché à la commanderie de Chanonat près Clermont en Auvergne.

La commanderie de Devesset fut organisée ainsi qu'il suit :
Chef: Devesset



Devesset
Domus Hospitalis Devesset

Annexes: Saint-Jean-La-Chevalerie
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Cantons: Le Puy-en-Velay - 43


Saint-Jean-La-Chevalerie
Saint-Jean-La-Chevalerie

Annexes: Saint-Barthélemy du Puy
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Cantons: Le Puy-en-Velay - 43


Saint-Barthélemy du Puy
Saint-Barthélemy du Puy. - Sources : zog en Velay

Pébélit
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Cantons: Le Puy-en-Velay, Commune: Saint-Germain-Laprade - 43


Domus Hospitalis Pébélit
Domus Hospitalis Pébélit

Gourlon
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Cantons: Le Puy-en-Velay, Commune: Alleyras - 43


Domus Hospitalis Gourlon
Domus Hospitalis Gourlon

Membre: Chantoin
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Solignac-sur-Loire, Commune: Bains - 43


Domus Hospitalis Chantoin
Domus Hospitalis Chantoin

Dépendances: Garnaux
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Solignac-sur-Loire, Commune: Seneujols - 43


Les Garnaux, lieu aujourd'hui détruit, étaient situés au sud-ouest du hameau Les Bineyres

C'était un alleu donné au Temple en 1210 et qui prit, sans doute au XIVe siècle, le nom de ses emphytéotes.

Belvezet
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Cantons: Puy-en-Velay, Commune: Saint-Jean-Lachalm - 43


Domus Hospitalis Belvezet
Domus Hospitalis Belvezet

Membre : Commanderie Sauvetat
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Le Puy-en-Velay, Canton: Velay volcanique, Commune: Landos - 43


Domus Hospitalis Sauvetat
Domus Hospitalis Sauvetat

Membre : Commanderie de Montredon
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Craponne-sur-Arzon, commune: Chomelix - 43


Domus Hospitalis Montredon
Domus Hospitalis Montredon

Membre : Commanderie de Freycenet
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Solignac-sur-Loire, Commune: Seneujols - 43


Domus Hospitalis Freycenet
Domus Hospitalis Freycenet

Membre : Commanderie de Marlhettes
Département: Loire, Arrondissement: Saint-Etienne, Canton: Le Pilat, Commune: Marlhes - 42


Domus Hospitalis Marlhettes
Domus Hospitalis Marlhettes

Membre: Commanderie Pont-de-Doux ou Sainte-Epine-lez-Tournon
Département: Ardèche, Arrondissement et canton: Tournon-sur-Rhône, commune: Saint-Jean-de-Muzols — 07


Domus Hospitalis Sainte-Epine-lez-Tournon
Domus Hospitalis Sainte-Epine-lez-Tournon

Membre: Commanderie Saint-Georges d'Annonay
Département: Ardèche, Arrondissement et canton: Tournon-sur-Rhône - 07


Domus Hospitalis Annonay
Domus Hospitalis Annonay

Il y a bien une rue Saint-Georges dans la ville d'Annonay, mais je ne sais pas si ce Saint-Georges d'Annonay était réelement ici ?

Dépendance: l'Hôpital du Bourg-Argental
Département: Loire, Arrondissement: Saint-Etienne, Canton: Le Pilat - 42


Domus Hospitalis Bourg-Argental
Domus Hospitalis Bourg-Argental

Cette commanderie, on le voit, était considérable et sans contredit la plus considérable du grand-prieuré d'Auvergne, puisqu'elle s'étendait de la rive droite du Rhône jusqu'à la rive droite de l'Allier.

La commanderie de Devesset eut des vicissitudes qui intéressent l'histoire générale du grand-prieuré d'Auvergne et qu'il est important de noter.
Dès sa réorganisation après 1313, cette commanderie devint chambre prieurale (3), c'est-à-dire, appartint de droit au grand-prieur d'Auvergne (4). Ce régime dura jusqu'à la mort du grand-prieur Louis de Lastic (1576).

Sous Jean-Baptiste Orsini, le 17 novembre 1471, le chapitre général de Rhodes, prenant en considération l'importance de la langue d'Auvergne et le grand nombre de ses bons chevaliers et frères servants, décida d'accorder à cette langue une plus large représentation dans le conseil de l'ordre : aussi créa-t-il un bailli qui, à l'instar des baillis capitulaires, aurait entrée au conseil et serait doté d'une des commanderies de la langue (5). Le premier bailli fut l'illustre Pierre d'Aubusson, commandeur de Salins : il s'appela le bailli de Lureuil. Un demi-siècle après, sous Philippe de Villiers de l'Isle-Adam, le bailli de Lureuil prit le nom de bailli de Lyon, sans doute à cause de la commanderie de Saint-George de Lyon où il résidait, et sous Jean Lévesque de la Cassière, après la mort du grand-prieur Louis de Lastic (1576), la commanderie de Devesset cessa d'être chambre prieurale et devint le Bailliage (6). Le bailli de Lyon prit alors le titre de bailli de Devesset et porta indifféremment le nom de grand-bailli de Devesset, grand-bailli de Lyon ou grand-bailli de Lyon et Devesset.

Depuis lors, la commanderie de Devesset resta affectée au grand-bailli; il en fut ainsi jusqu'en 1787, année où le bailliage fut transféré de Devesset à Bourganeuf (7).

Dans la langue d'Auvergne, le grand-maréchal de l'ordre avait, en cas de vacance du grand-prieuré d'Auvergne ou du bailliage, le droit d'émeutir ou réclamer celui de ces titres ainsi vacant, mais lorsqu'il était une fois pourvu de l'un, il ne pouvait plus opter l'autre (8).

En 1631, le chapitre général tenu par le grand-maitre de Paule unit au bailliage de Devesset l'hôtel de Malte et l'église de Saint-Georges à Lyon (9).

Plus tard, à une date que je n'ai pu découvrir mais qui est antérieure à l'année 1700 (10), la commanderie de Verrières fut également unie au bailliage.

 

Revenus et charges du baillage

Voici quel était, en 1726 (11), le bilan des revenus et des charges du bailliage :
Revenus.
Devesset : 5500 livres
Verrières et dépendances : 1780 livres
Le Temple de Roanne : 420 livres
Total : 2200 livres
Saint-Jean-la-Chevalerie, Pébélit, la Sauvetat, Gourlon et Freycenet : 2625 livres
Montredon : 1600 livres
Le Temple de Marlhettes : 1600 livres
Saint-George d'Annonay, Sainte-Epine et l'Hôpital du Bourg-Argental : 1580 livres
Total : 15.105 livres
En outre, les fermiers acquittaient les charges locales.

Charges.
Devesset :
Responsions : 992 livres, 6 sols, 4 deniers
Capitation : 260 livres, 6 sols, 6 deniers
Taxe des vaisseaux : 257 livres, 14 sols, 11 deniers
Décimes : 254 livres, 4 sols, 9 deniers
Total : 1510 livres, 7 sols, 9 deniers

Archives : 6 livres
Procès : 25 livres, 15 sols, 6 deniers
Total : 286 livres, 3 deniers

Pensions.
Verrières :
Responsions : 424 livres, 10 sols, 10 deniers
Capitation : 37 livres, 17 sols, 6 deniers
Taxe des vaisseaux : 37 livres, 10 sols
Décimes : 149 livres, 16 sols
Total : 499 livres, 18 sols, 4 deniers

Archives : 6 livres
Procès : 3 livres, 15 sols
Total : 159 livres 11 sols

Pensions :
MM. le chevalier de Ribérac : 241 livres, 6 sols, 8 deniers
Le commandeur de Vogué le jeune : 57 livres
Le chevalier de Chervé : 123 livres, 10 deniers
Le chevalier de Bord : 183 livres
Le commandeur Ragon : 38 livres
Total des pensions : 592 livres, 16 sols, 8 deniers
Total des charges : 3048 livres, 14 sols
Restait net pour le grand-bailli : 12.056 livres 6 sols

En 1776, d'après la visite des améliorissements faits par le grand-bailli de Boislinard de Margou (12), les revenus du grand-bailliage étaient affermés en bloc, non compris les charges locales que le fermier acquittait seul, au prix de 30.000 livres.

Bailliage
Les charges du bailliage étaient :
Charges de l'ordre : 3654 livres, 19 sols, 6 deniers
Nouvelle imposition : 2467 livres, 19 sols, 9 deniers
Pension de M. Monatte : 226 livres, 6 sols
Total : 6349 livres, 2 sols, 4 deniers
Restait net pour le grand-bailli : 23.650 livres, 17 sols, 8 deniers

Lorsqu'au XIVe siècle, après la bataille de Poitiers, les besoins de la défense nationale et la nécessité de subsides répétés donnèrent naissance aux états particuliers du Velay, une des places ou personnats du clergé fut attribuée à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem à cause de l'importance de ses possessions territoriales; elle appartenait d'abord au grand-prieur d'Auvergne et, plus tard, au grand-bailli de Devesset. Il semble que ces dignitaires, résidant passagèrement dans le pays, se soucièrent peu de paraître dans ces assemblées politiques ; seul, le grand-bailli Jean de la Tour-Maubourg y siégea en personne dans la session de 1649 (13). Le grand-prieur ou le grand-bailli s'y faisaient remplacer par un envoyé, chevalier ou religieux de l'ordre; et faute par eux d'avoir choisi un délégué — ce qui était le cas le plus ordinaire, — l'évêque du Puy, président des états, nommait d'office un commis pris dans le clergé pour représenter à la session l'ordre de Malte.

 

Grands Prieurs d'Auvergne

Premiers grands-prieurs d'Auvergne (1244-1309):
— Bertrand des Barres, mort 21 janvier 1244 (v. st.), enterré A Saint-Jean-des-Prés de Montbrison (Revue forézienne, 1868. page 203).

— Atenulfus, mort 13 avril 1248, enterré en la même église (Lettre de M. Th. Rochigneux-Gaillard, 16 mars 1883; Bulletin de la Diana, I, page 243).

— Robert de Montrognon (de Monte rugozo), 15 décembre 1262- mort 3 mars 1276 (v. st.), enterré à Saint-Jean-de-Ségur près Montferrand (A. N. KK 1113, page 30; Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 1885, page 15).

— Etienne du Broc (de Broco), 16 septembre 1279- mort 21 juillet 1281 à l'Hôpital de Raissac (? Rechapt) près Narbonne, en revenant d'outre-mer, et transporté à Saint-Jean-de-Ségur le 16 octobre 1284 (A. N. P 1373, cote 2279; Ambroise Tardieu, Histoire de Montferrand, page 62).

— Chatard de Bulhon, mort 18 mai 1282, enterré à Saint-Jean de Ségur (Bulletin archéologique, 1886, page 15).

— Hugues de Sailhens, 16 octobre 1284 (A. Tardieu, loc. cit.)

— Guillaume Aldebert (Audeberti), mai 1288 (A. N. KK 1113, fol. 38).

— Maurice d'Ornon (de Hernione d'Urnho), juillet 1293-14 janvier 1296 (A. N. KK 1113, fol 33 v° ; charte 61).

— Pons de Fay, 9 juin 1309 (charte 62; Devesset, V, 5)

Grands Prieurs d'Auvergne. (1313-1576)
— 1313. Mars 28-1344. — Eudes de Montaigut (15).

— 1347. Septembre 8-1351 août 2. — Raynaud de Fay (16).

— 1353-1355. — Robert de Chalus (17), lieutenant du Grand-Maitre en deçà de la mer.

— 1365. Septembre 3. — Astorg de Dienne (18), commandeur de Blaudeix.

— 1367. Février 25-1369 avril 17. — Guy de la Tour, dit de Vinay (19).

— 1380. Octobre 18-1401 mai 31. — Robert de Châteauneuf (20) commandeur de Lormeteau (de Ulmo Thiaudi) en 1356, lieutenant du Grand-Maitre en deçà de la mer.

— 1403. Décembre 12-1426 juin 10. — Jacques Tinel (21).

— 1428. Mai 23-1437. — Jean de Lastic (22), élu Grand-Maitre.

— 1446-1453. — Jacques de Milly (23), élu Grand-Maître.

— 1461-1464. — Aymar du Puy (24).

— 1470-1474. — Jean Cotet (Coteti) (25).

— 1475-1476. — Pierre d'Aubusson (26), bailli de Lureuil, élu Grand-Maitre.

— 1479. Novembre. — Eynard du Puy (27).

— 1480. Novembre 2-1481 octobre 19. — Guillaume de Chalus (28).

— 1483-1512. — Guy de Blanchefort (29), élu Grand-Maitre.

— 1517. — Jean Dadeu (30).

— 1531-1541. — Gabriel du Chiel (31).

— 1544. — Emery de Réaux (32).

— 1547-1555. — Humbert de Murinais (33).

— 1562-1576. — Louis de Lastic, reçu le 12 mai 1523 (34).

 

Grands-Baillis de Lyon et Devesset.

— 1580. Mars 23-1589 juin 24. — Marc de la Goutte (35), commandeur de Lormeteau et de Limoges.

— 1593. Décembre 10-1600 janvier 15. — Jacques de Virieu-Pupetières (36), reçu le 10 février 1556, commandeur des Echelles, de Salins et de Laumusse, mort à Cité-la-Valette le 1er novembre 1602, à l'âge de 66 ans, enterré en l'église de Saint-Jean de Malte.

— 1609. Mai 25-1612. — Jacques de Chauvigny de Blot (37), né en 1543, reçu en 1558, commandeur de Montchamp et de Courteserre.

— 1616-1632. — Just de Bron de la Liègue (38), reçu le 26 septembre 1560, commandeur de Genèvois, décédé en couvent à Malte le 5 février 1632.

— 1633. Novembre 4-1644. — Just de Fay de Gerlande (39), reçu le 2 avril 1578, mort le 30 mars 1644 à l'âge de 90 ans, commandeur de Charrières, enterré en l'église de Saint-Jean de Malte et la chapelle de la Vierge ou della Venerabile.

— 1644. Juillet 12-1650 juillet 13. — Jean de Fay de la Tour-Maubourg (40), reçu le 6 février 1586, commandeur de Montferrand et de Lormeteau, en résidence parfois au château de Paulin près Monistrol.

— 1656. Février 12-1658 août 15. — Annet de Clermont de Chaste-Gessan (41), reçu le 30 juillet 1604, commandeur des Bordes, élu Grand-Maitre le 9 février 1660, mort le 2 juin suivant et enterré en l'église de Saint-Jean de Malte, en la chapelle Saint-Sébastien de la Langue d'Auvergne.

— 1660-1666. Charles de Fay de Gerlande (42), reçu le 6 octobre 1608, commandeur de Chamberaud et de Verrières, lieutenant du magistère, mort le 23 décembre 1666 à l'âge de 72 ans et enterré en l'église Saint-Jean de Malte, en la chapelle della Venerabile.

— 1671. Février 19-1677 février 28. — Jacques de Cordon d'Evieu (43), reçu le 19 novembre 1614, commandeur de Genèvois, de Morterol, de Bellecombe et de Verrières, mort en 1683. enterré à Malte, en la chapelle de Saint-Jean-Baptiste.

— 1686. Septembre 11. — François de Bocsozel de Montgontier (44), reçu le 29 décembre 1631, commandeur de Saint-Paul.

— 1700. Septembre 5. — Hector de Saint-Georges (45), reçu le 12 janvier 1642, commandeur de Montferrand.

— 1715. Décembre 1. — Gilbert de Fougères du Cluzeau (46), reçu le 26 janvier 1650, commandeur de Carlat, mort le 27 septembre 1716, enterré en la grande nef de l'église Saint-Jean de Malte.

— 1717. — Pierre de Chapelle de Jumilhac (47), reçu le 17 mai 1661, commandeur de Limoges, mort à Malte le 14 mai 1720 à l'âge de 63 ans, enterré en l'église Saint-Jean.

— 1717 oct. 20-1724 mai 27. — François Foucaud de Beaupoil de Saint-Aulaire (48), reçu le 11 juin 1662, commandeur de Villefranche et de Laumusse, capitaine des vaisseaux du roi, grand-écuyer du Grand-Maitre, secrétaire de ses commandements.

— 1733 juillet 10-1738. — Claude Aubery de Vatan (49), reçu le 13 juin 1678, commandeur de Celles et de Montchamp, chef d'escadre des armées navales du roi et commandant la compagnie des gardes de la marine du port de Toulon, mort le 2 août 1738 et enterré en la cathédrale de Toulon.

— 1749. Mai 1-1759. — Jean-Philibert de Fay de la Tour-Maubourg (50), reçu le 19 mars 1680, commandeur des Beugnets et de Montchamp, décédé au Puy, à l'âge de 80 ans, le 4 février 1759.

— 1760-1765. — Léonard d'Ussel de Châteauvert (51), né le 29 décembre 1682, reçu le 29 octobre 1694, commandeur des Bordes et de Montchamp, des Salles et de Monseugny.
— 1766-1786. — Jean-Alexis de Boislinard de Margou (52), né le 16 juillet 1685, reçu le 17 juillet 1701, commandeur de Montchamp, mort à Lyon dans la nuit du 27 au 28 octobre 1786, âgé de 101 ans, 3 mois et 11 jours.

 

Devesset, Chef.

Département: Ardèche, Arrondissement: Tournon-sur-Rhône, Canton: Saint-Agrève — 07

Dès l'origine, Devesset fut une commanderie de l'Hôpital; la date de sa fondation n'est pas connue ; la plus ancienne charte de cette maison est de 1246. C'est la vente par Joucerand de Bouzols au commandeur Raynaud de Lapte du village de Chaumargeais et des mas de Chomette, Maisonnettes et Loubaresses près Tence (charte 53). Cette vente fut complétée en 1301 par un accord passé entre Guigon de Bouzols, abbé de Saint-Vosi (charte 62), et le grand-prieur Pons de Fay, commandeur de Devesset, et en 1304, par une sentence arbitrale rendue entre le même grand-prieur et le vicomte de Polignac et Catherine de Bouzols sa femme (53) ; cette sentence fut suivie le même jour d'une donation par Catherine de Bouzols de tous ses droits sur Chaumargeais et Chomette à la commanderie de Devesset (54).

En 1306, un accord entre l'évêque du Puy et le grand-prieur Pons de Fay reconnut aux hommes de Devesset, de Bertoux, de Laulanhier et des Costes le droit de faire paître leurs troupeaux dans la forêt de Chaîne et les pacages communs du mandement de Beaujeu : pacages que des arbitres délimitèrent l'année suivante (charte 63).

En 1311, Artaud Elie, commandeur de Devesset, et le prieur du Chambon réglèrent les limites des paroisses de Devesset et du Chambon et la perception des dîmes des mas de Pey-Garnier, du Soulier et de Filetrame (charte 69).

En 1322, Guillaume de Poitiers, seigneur de Fay-le-Froid, et Raynaud de Fay, commandeur de Devesset, réglementèrent la justice, le guet et le droit de pacage des hommes de l'Hôpital, vassaux de Devesset dans les mandements de Fay, de Montréal et du Mézenc (charte 75).

En 1327, Armand, vicomte de Polignac, et Eustache de la Mastre, coseigneurs de Saint-Agrève, et le même commandeur firent une transaction en vertu de laquelle les frères et donats de Devesset furent exemptés de tous droits de péage et de pulvérage pour les troupeaux qu'ils amenaient de la vallée du Rhône (riparia), en passant par Saint-Agrève, afin de fumer les terres des granges de Maujour (de Malodie sive Chalfalc), d'Arcellet, du Chaulet et de Champagnes; ils furent également affranchis de tous droits de leyde à raison de la vente de leurs blés ou de leur bétail. Les hommes de Devesset, par chaque trentaine de brebis jusqu'à cinq trentaines, qu'ils allaient chercher dans le bas-pays pour l'estivage, devaient payer, à titre de péage, 3 deniers tournois. Si le nombre de cinq trentaines était dépassé, ils devaient payer, à titre de pulvérage, deux sous tournois et demi, plus un fromage pour le bailli. Mais pour le passage de leurs propres troupeaux, ils ne devaient rien (55).

En 1368, le grand-prieur Guy de la Tour de Vinay plaidait avec les hommes du mandement de Devesset, au sujet de la fortification du château ; à cet effet, il avait réclamé 300 francs d'or; les hommes en avaient offert 200, puis s'étaient dédits; de là procès (56).

En 1380, un accord entre l'évêque du Puy et le grand-prieur Robert de Châteauneuf réglementa le service du guet aux châteaux de Bonnas et de Beaujeu par les vassaux de Devesset (charte 98).

En 1383, le même grand-prieur fit hommage au comte de Valentinois du château et mandement de Devesset (charte 100).

En 1404 et années suivantes, le grand-prieur Jacques Tinel était en procès avec ses vassaux des mandements de Bonnas et de Beaujeu, qu'il prétendait contraindre à contribuer aux réparations du château de Devesset (57).

En 1414, les hommes du mandement de Devesset furent condamnés par la cour des ressorts de Chalancon en Vivarais, tenue par les officiers du comte de Valentinois, à faire les corvées et manoeuvres nécessaires pour la reconstruction du donjon (turris domini) qui s'était écroulé, et pour la réparation du mur d'enceinte, des merlettes et d'une tournelle du château (58).

De 1428 à 1437, le château de Devesset fut pris deux ou trois fois et incendié par des bandes de routiers, commandées vraisemblablement par Rodrigue de Villandrando ou ses lieutenants, Salazar, Valette, Andrelin, qui ravagèrent alors le Velay (59).

Vers 1472, le grand-prieur Jean Cotet fit réédifier entièrement le château de Devesset.

La visite prieurale de 1616 (60) donne sur cette commanderie de très intéressants détails statistiques.

Le Chef consistait en un château dont l'enceinte carrée était flanquée de trois tours rondes baptisées des noms de saint Pierre, de sainte Catherine et de saint Nicolas; au quatrième angle une grosse guérite, en forme de tour, complétait la symétrie (61). Sur les quatre façades et sur les tours, on voyait gravés sur des pierres de taille la croix de l'ordre et, au-dessous, le blason du grand-prieur Cotet (trois lions rampants). Le grand portail muni d'une meurtrière à trois barbacanes offrait les mêmes armoiries. Devant le portail, un ravelin défendu extérieurement par une palissade enceignait tout le château.

Dans la cour s'élevait l'église paroissiale dédiée à saint Jean-Baptiste, patron de l'ordre; elle était couverte à lauses.

Le grand corps de logis servait à l'habitation du commandeur; un plus petit, à celle du curé et de son vicaire.

Le domaine comprenait :
1° La réserve, composée, outre des jardins, prés et champs, de quatre bois de haute futaie essence fau ou sapin, appelés de Picheron, Ruelle, Boisnier et l'Air, et de plus de cent stérées de terres communes ou quartives, cultivées de quinze en quinze ans par les paysans du voisinage et dont le commandeur avait le droit de prendre le quart de la récolte;
2° La métairie de MaujourMétairie de Maujour
Métairie de Maujour
, paroisse de Devesset.
3° La métairie du ChauletMétairie de Chaulet
Métairie de Chaulet
, paroisse du Chambon.
4° La métairie d'ArcelletMétairie d'Arcellet
Métairie d'Arcellet
, paroisse de Saint-Voy, donnée vers 1172 par Guillaume de Baffie (charte 25).
5° La métairie de ChampagnesMétairie de Champagnes
Métairie de Champagnes
, paroisse des Vastres.

La commanderie avait, dans la majeure partie de la paroisse de Devesset, la dîme de tous blés à la 21e gerbe; elle avait la moitié de la même dîme dans la paroisse de Saint-Agrève.

Les cens, rentes féodales et directes, perçus dans les paroisses de Devesset, Saint-Agrève, Fay-le-Froid, des Vastres, de Tence et Champclause s'élevaient à 170 setiers de seigle, 100 setiers d'avoine, 3 métans de froment (les 8 métans faisant le setier), 120 livres d'argent, 100 poules, 9 poulets, 2 chapons, 6 conils, 1 livre de cire, 1 carte de noyaux. Ces rentes étaient portables, sauf 8 ou 9 setiers quérables.

Le commandeur de Devesset possédait aussi des rentes importantes sur les habitants de Saint-Fortunat, de Peyraud, des Martres et des Rochettes, dans le Haut-Vivarais, mais le recouvrement en était difficile, parce qu'elles étaient en grande partie dues par des Protestants et que, dans les Cévennes, on ne redoutait guères l'action de la justice.

Tous les justiciables du mandement de Devesset étaient manoeuvrables à la merci et volonté du commandeur.
Les lods et ventes étaient payés à raison du 4e denier.
La juridiction appartenait au commandeur en toute justice, haute, moyenne et basse, mère et mixte impère, sur les paroisses de Devesset, Saint-Agrève, Rochepaule, Saint-André des Effangeas, Tence, Saint-Voy, du Chambon, de Champclause, Fay-le-Froid et des Vastres.

Le commandeur de Devesset avait dans la forêt de Chaîne, appartenant à l'évêché du Puy et à des seigneurs laïques, le droit de prendre son bois de chauffage et les bois de construction nécessaires au château et aux métairies en dépendant.

La commanderie était chargée d'une aumône. En 1616, chaque pauvre qui se présentait à la porte du château les, dimanche, mardi et jeudi, depuis la saint Michel jusqu'à la saint Jean-Baptiste, recevait une demi-livre de pain de seigle, conformément à l'arrêt de règlement du parlement de Toulouse du 27 août 1609. En 1726 (62), cette aumône s'élevait à 22 setiers de blé seigle : elle était distribuée l'hiver, de deux en deux mois, aux véritables pauvres, d'après un rôle dressé par le curé.

Le chef de Devesset était affermé en 1658, 4,500 livres (63), et en 1726, 5,500 livres.
Augustin Chassaing, Cartulaire des Hospitaliers Ordre de Saint-Jean de Jérusalem du Velay. Picard Editeur Paris 1888

 

Notes — Commanderie de Devesset

1 — Ch. 70 et 71. — M. Ch. Tranchant a publié le procès-verbal de la remise des maisons des Templiers à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans le Poitou, 20 mai 1313 (Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 1882, pages 452-465).
2 — Rhône, H 2151-2153. — Sauf indication contraire, tous les renvois ne s'appliquant pas aux chartes de ce cartulaire désignent des documents conservés aux archives départementales du Rhône.
3 — La plus ancienne mention (que je connaisse) de Devesset, « camera prioris Alverniae », est de 1367 sous le grand-prieur Guy de la Tour (Devesset, V, n° 5).
4 — Charte 113. — Le grand-prieur d'Auvergne administrait lui-même directement ses commanderies ou les affermait a des frères Hospitaliers. Dans un procès sur le pacage des bois de Chantoin (6 février 1505), on lit l'articulation suivante : « Item... in facto possunt predicti domini quod magnus prior Alvernie,... occasione sui magni prioratus Alvernie, plures habet preceptorias et alia benefficia et membra, quorum nonnullas et nonnulla sub sua ditione et manu tenet, et alias et alia nonnulli et plures religiosi 0. S. Joh. Jher., ab eodem domino magno priore Alvernie, sub certis annuis pensionibus annis singulis exsolvendis, tam in patria Alvernie quam alibi, tenent et possident. » (Chantoin, I, n° 8).
5 — Naberat, Histoire des Grands-Maitres, page 139.
6 — Abbé Vertot (edition Paris, 1778, in-12), VI, page 171.
7 — Almanac de Lyon, 1788, 1789.
8 — Abbé Vertot, V, page 312.
9 — Devesset, titres de la commanderie, procès-verbal d'améliorissements de janvier 1658.
10 — Devesset, titres de la commanderie, visite.
11 — Devesset, titres de la commanderie, visite prieurale.
12 — Devesset, titres de la commanderie.
13 — Haute-Loire, procès-verbaux des Etats du Velay.
14 — Voici la liste des premiers grands-prieurs d'Auvergne:
— Bertrand des Barres, mort 21 janvier 1244 (v. st.), enterré A Saint-Jean-des-Prés de Montbrison (Revue forézienne, 1868. page 203).
— Atenulfus, mort 13 avril 1248, enterré en la même église (Lettre de M. Th. Rochigneux-Gaillard, 16 mars 1883; Bulletin de la Diana, I, page 243).
— Robert de Montrognon (de Monte rugozo), 15 décembre 1262- mort 3 mars 1276 (v. st.), enterré à Saint-Jean-de-Ségur près Montferrand (A. N. KK 1113, page 30; Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 1885, page 15).
— Etienne du Broc (de Broco), 16 septembre 1279- mort 21 juillet 1281 à l'Hôpital de Raissac (? Rechapt) près Narbonne, en revenant d'outre-mer, et transporté à Saint-Jean-de-Ségur le 16 octobre 1284 (A. N. P 1373, cote 2279; Ambroise Tardieu, Histoire de Montferrand, page 62).
— Chatard de Bulhon, mort 18 mai 1282, enterré à Saint-Jean de Ségur (Bulletin archéologique, 1886, page 15).
— Hugues de Sailhens, 16 octobre 1284 (A. Tardieu, loc. cit.)
— Guillaume Aldebert (Audeberti), mai 1288 (A. N. KK 1113, fol. 38).
— Maurice d'Ornon (de Hernione d'Urnho), juillet 1293-14 janvier 1296 (A. N. KK 1113, fol 33 v° ; charte 61).
— Pons de Fay, 9 juin 1309 (charte 62; Devesset, V, 5)
15 — Charte 70; page Paoli, Codice diplomatico, II, page 537; Comte de Charpin et Guigue, Cartulaire de St-Sauveur-en-Rue, pp. 251-2.
16 — Charte 90; Sainte-Epine, I, n. 3 terriers
17 — Naherat. page 71 ; Vertot, II, page 199, l'appelle à tort Guillaume de Chalus.
18 — Sainte-Epine, I, n. 3 bis ; Archives nationales JJ 97. n. 104.
19 — Sainte-Epine, I, n. 3 bis; Archives nationales JJ 97, n. 416; Devesset, V, 5.
20 — Chartes 98 et 105 ; H 2233 bis, couverture du registre.
21 — Devesset, V, n. 5 ; charte 106. Vertot, II, page 322, l'appelle à tort Tivelly.
22 — Abbé Vertot. II, pp. 348 et 354 ; charte 107.
23 — H 2477; charte 109 ; H 2633 ; Chantoin, I, n. 7 bis.
24 — H 1180; H 1947.
25 — Haute-Loire, protoc. de J. Maltrait; H 1180.
26 — Naberat, pp. 145 et 150.
27 — Naberat, page 160.
28 — H 2633, fol. 85-87; Devesset. III, n. 10.
29 — Naberat, pp. 189 et 225. Chantoin, I, n. 8; chartes 111 et 112.
30 — Léopold Niepce, 273.
31 — Saint-Jean la Chevalerie, IV, n. 3; Temple de Marlhes, I, n. 5.
32 — Charte 113.
33 — Devesset, II, n. 16; Haute-Loire, Malte.
34 — Min. de J. Chalvon; Sainte-Epine, III, n. 5.
35 — Abbé Vertot, V, 115; La Sauvetat, I, n. 17.
36 — Saint-Jean-la-Chevalerie, II, n. 37 ; De Mas-Latrie, Archives, bibliothèque et inscriptions de Malte, page 136.
37 — L. Niepce, le Grand Prieuré d'Auvergne, page 146.
38 — Devesset, VII, n. 2; H 2153, page 948.
39 — Devesset, VII, n. 2; De Mas Latrie, page 113.
40 — Montredon, I.
41 — Devesset, II, n. 19; Saint-Jean de la Chevalerie, III, n. 19; De Mas-Latrie, page 119.
42 — De Mas-Latrie, page 112.
43 — De Mas-Latrie, page 155. — C'est à ce chevalier que fut dédié le livre suivant racontant la vie de son oncle : Histoire de la vie d'ill, fr. Jaques de Cordon d'Evieux, chevalier de St-J. de Hier., commandeur du Genevoye, par R. page Marc-Antoine Calemard, petit in-4° , Lyon, 1663, frontisp., gravé.
44 — Haute-Loire, Malte, visite de Chantoin.
45 — Devesset, titres de la commanderie, visite.
46 — De Mas-Latrie, page 206; L. Niepce, page 127.
47 — De Mas-Latrie, page 144.
48 — Devesset, I, n. 7, et titres de la commanderie.
49 — Saint-Jean de la Chevalerie, II, n. 40.
50 — Saint-Jean-la-Chevalerie, II, n. 40; Bibliothèque nationale, collection de Languedoc, LIV, page 56.
51 — Almanach de Lyon.
52 — Almanach de Lyon; Journal de Lyon, 8 novembre 1786, page 365.
53 — Devesset, V, n. 1.
54 — Charte 67. La véritable date de cette charte est le 5 août 1304, et non 1306, comme je l'avais conjecturé.
55 — Deteaset, V. n. 2.
56 — Devesset, V, n. 5.
57 — Devesset, V, n. 5.
58 — Devesset, VI, n. 1.
59 — « Cumque predictum castrum Devesseti fuisset semel, ymo bis aut ter captum per gentes armorum patriam discurrentes, que gentes armorum omnia que reperierunt in dicto castro foluagaverunt et penitus destruxerunt, ita quod ipsum instrumentum dictorum hominum fuit et extitit perditum seu combustum. » Devesset, VI, n. 1. — Notre très regretté maître, M. Jules Quicherat, n'a pas connu ces faits de guerre.
60 — H 2153, pp. 948-964.
61 — Derrière les murailles, des galeries en bois servaient de chemin de ronde et donnaient accès dans les tours ou corps de garde.
62 — Devesset, titre de la commanderie, visite prieurale.
63 — Devesset, titre de la commanderie, procès-verbal des améliorissements faits par Annet de Chaste de Gessan.

Augustin Chassaing, Cartulaire des Hospitaliers Ordre de Saint-Jean de Jérusalem du Velay. Picard Editeur Paris 1888